L'ATELIER
DE LA SALAMANDRE

Accueil Atelier de la Salamandre
Presse et Références
Delphine Priollaud-Stoclet en trois mots

L'Atelier de la Salamandre
Formation professionnelle
Le Blog de l'Atelier de la Salamandre
Contact


Newsletter

Témoignages

L'aquarelle sait bien restituer la légèreté, la transparence, l'aspect fragile et la douceur des fleurs.
Les fleurs blanches sont difficiles à réussir : comment maîtriser la lumière, comment obtenir les gris colorés et les beiges des ombres, comment préserver le blanc ?

Le blanc et l'aquarelle
Le blanc n'est jamais tout à fait blanc.
La subtilité des camaieus de blancs colorées (gris, mauves, ocres, bruns, bleus etc…) rehaussera le blanc-lumière.
Les ombres doivent rester des ombres : leur couleur ne doit pas devenir ton local.

L'aquarelle est une technique où l'on n'utilise pas de blanc pour peindre, contrairement aux autres techniques de peintures, le pigment blanc opacifiant les lavis.
Les aquarellistes expérimentés se permettront, sans risquer de dénaturer leur aquarelle, quelques rehauts à la gouache, à l'encre blanche ou à l'aquarelle blanche en finition.
Pour réserver le blanc du papier, vous utiliserez :

Le drawing-gum (gomme à masquer) appliqué au minceau ou à la plume : attention aux contours très nets de ces réserves.
La bougie ou la craie grasse blanche : la cire ou le gras repoussent l'eau.
Pour retrouver des blancs, vous utiliserez :
Le grattage à la lame pour des détails très fins en rehaut.
Le ponçage sur aquarelle sèche avec du papier abrasif très fin.
La dépigmentation
avec un pinceau dur.
N'abusez pas de ces procédés et pensez à réserver le blanc quand vous peignez votre aquarelle !
Exercice pratique : le brin de muguet
Le dessin : situez tout d'abord les tiges principales. Les clochettes du muguet devront s'y accrocher élégamment en souplesse et sans rigidité. Ne les dessiner trop petites et simplifiez.
Pour les feuilles, veillez à leur donner de la rondeur et observez bien de quelle manière elles se retournent. Ne dessinez pas les gouttes de rosée.
Placez ensuite à la plume quelques lignes de gomme à masquer sur les petites tiges qui raccrochent les clochettes aux tiges principales. Tendez et mouillez votre papier.
Les couleurs : toujours mélanger les verts avec un peu de rouge ou d'ocre jaune ou de gris de Payne. S'agissant d'un vert assez vif et lumineux, n'hésitez pas à rajouter beaucoup de jaune citron. On observe que les ombres tirent vers l'ocres et que le vert des feuilles rejaillit délicatement sur le blanc des clochettes. Commencez votre aquarelle par les tiges principales plus foncées en bas. Prenez garde à ne pas peindre sur les clochettes situées à cheval sur ces tiges. Ensuite, vous peindrez les feuilles en respectant bien l'intensité lumineuse. N'oubliez pas de creuser les ombres avec du vert foncé. Vous simulerez les rainures sur les feuilles avec cette astuce : quand la couleur est encore humide, prenez le bout du manche de votre pinceau et gravez avec des striures. Cela aura pour effet de creuser dans le papier de très fins sillons dans lesquels le pigment s'amasse en créant de fines nervures plus sombres.
Les clochettes : vous poserez simplement les ombres ocres ou ocres-verts en les estompant sur les bords. On doit sentir que l'ombre est partie intégrante du volume de la fleur. Délimitez les contours des clochettes en peignant le fond.

Le blanc à l'aquarelle
Les fleurs blanches à l'aquarelle
Les fleurs blanches à l'aquarelle, le muguet

Suivez la Salamandre sur Tweeter I L'Atelier sur Facebook I RSS I Liens IMentions légales. Accès. ContactI L'Atelier de la Salamandre 43, boulevard Chilpéric 77500 Chelles
06 64 28 14 97
©2008 L'Atelier de la Salamandre
Reproduction des photos interdite sans mon autorisation