L'ATELIER
DE LA SALAMANDRE

Accueil Atelier de la Salamandre
Presse et Références
Delphine Priollaud-Stoclet en trois mots

L'Atelier de la Salamandre
Formation professionnelle
Le Blog de l'Atelier de la Salamandre
Contact


Newsletter

Témoignages

Lisez le tutoriel sur le matériel de l'aquarelle avant d'aborder ce cours.

Préparatifs :
Tendre sa feuille  : après avoir dessiné au crayon HB le sujet, mouillez intégralement votre feuille après l'avoir tendue (si votre bloc n'est pas déjà encollé sur les quatre bords) et attendre que celle-ci sèche complètement.
Pourquoi mouiller le papier ?
Cette opération rendra le papier plus perméable à la peinture. Les pigments se disperseront mieux et l'eau sera correctement absorbée par le papier. D'autre part, votre papier séchera moins vite que si vous ne l'aviez pas mouillé, ce qui vous laissera un peu plus de temps pour travailler.
Pour tendre une feuille, scotchez-la intégralement sur les 4 côtés avec un scotch papier (Tesa par exemple) sur une planchette.

Commencer une aquarelle :
Commencez très clair et dilué et foncez progressivement. Vous pourrez toujours foncer une aquarelle mais jamais l'éclaircir !
Commencez par placer les différentes zones colorées généralement étendues : ciel, mer, par exemple. Puis vous renforcerez progressivement les couleurs et aborderez les détails. Il faut toujours aller du général au particulier et jamais l'inverse.
Si vous désirez conserver des réserves blanches à la bougie ou au drawing gum, placez-les avant d'avoir mouillé le papier et attendez un séchage complet avant de démarrer votre aquarelle.
Apprenez à doser le degré d'humidité de votre papier : peindre sur un papier très mouillé créera des flous ; un papier sec ne permettra aucun effet de diffusion. N'oubliez pas qu'une couleur sèche est peu réversible.
Si une couleur encore humide vous semble trop foncée, vous pourrez l'atténuer voire la faire disparaître en l'épongeant avec un peu d'essuie-tout. Pour les toutes petites surfaces n'hésitez pas à utiliser un coton-tige pour absorber l'excédent de couleur.
N'oubliez jamais d'aérer votre aquarelle en préservant des lignes blanches (par exemple entre deux plans différents ou deux objets différents) et des taches blanches (reflets, lumières). Prenez cependant garde à ne pas tomber dans l'excès inverse, de trop en faire. Vous annuleriez l'impression de légèreté et de transparence que vous vouliez obtenir. Tout est question de dosage.
Le blanc, c'est le blanc du papier.
Il faut travailler relativement vite.
Les couleurs peuvent être intenses mais doivent toujours rester transparentes.
Ne cherchez pas à reproduire exactement votre modèle : l'aquarelle est une technique difficile car elle doit faire appel à un grand travail de simplification et de nuances, donc d'interprétation.

N'hésitez pas à projeter, éclabousser, poncer, graver dans le papier humide avec une tige pointue... l'aquarelle exige une grande capacité d'invention et de la curiosité !

Tutoriel le blanc à l'aquarelle : les fleurs blanches en pratique
L'aquarelle
Bon à savoir
Pour obtenir un serti (auréole), il suffit de poser une goutte d'eau teintée ou non sur un lavis presque sec.
C'est bon à savoir également pour réussir des lavis uniformes : il ne faut jamais revenir sur une surface juste humide avec une aquarelle "plus mouillée" !
Si vous posez un jus sur un lavis et que les deux ont la même "humidité", les couleurs se fondront sans auréole.
Si vous posez un lavis sur un autre lavis bien sec, vous obtiendrez des transparences grâce aux voiles de couleurs superposés. Le lavis sec ne se rediluera pas.

Suivez la Salamandre sur Tweeter I L'Atelier sur Facebook I RSS I Liens IMentions légales. Accès. ContactI L'Atelier de la Salamandre 43, boulevard Chilpéric 77500 Chelles
06 64 28 14 97
©2008 L'Atelier de la Salamandre
Reproduction des photos interdite sans mon autorisation