L'ATELIER
DE LA SALAMANDRE

Accueil Atelier de la Salamandre
Presse et Références
Delphine Priollaud-Stoclet en trois mots

L'Atelier de la Salamandre
Formation professionnelle
Le Blog de l'Atelier de la Salamandre
Contact


Newsletter

Témoignages

La plume et le pinceau, de l'Antiquité jusqu'à nos jours, ont été les deux instruments principaux associés à l'encre dans l'art du dessin. En Occident, l'usage de la plume se répand vers le IVe siècle; elle est alors en roseau. Les plumes d'oiseau (oie, cygne), plus souples, s'imposent à partir du VIe siècle; au XIXe siècle, elles seront à leur tour supplantées par les becs métalliques. Les artistes ont utilisé de très nombreuses encres, parmi lesquelles l'encre de noix de galle, d'origine végétale, qui vire du noir au brun avec le temps, ainsi que l'encre de Chine et l'encre bistre à base de noir de fumée, plus fixes. Dans l'histoire du dessin, la plume d'oie retient particulièrement l'attention. En effet, instrument d'une extrême sensibilité et permettant les traits les plus incisifs, elle s'est révélée parfaitement adaptée aux notations rapides (croquis, études) qui traduisent les mouvements les plus subtils de l'imagination, comme aux descriptions très minutieuses. Elle a donné lieu à un grand nombre de chefs-d'œuvre, aux XVIe et XVIIe siècles principalement, parmi lesquels de nombreuses esquisses de Rembrandt, qui montrent que l'intériorité d'un artiste peut être merveilleusement exprimée au moyen de la plume d'oie. Moins utilisée que cette dernière, la plume de roseau a néanmoins fourni de remarquables dessins, aux effets vigoureux et contrastés. Ceux de Van Gogh comptent parmi les plus beaux.
Encyclopédie Larousse


Le rendu à l'encre est le procédé graphique par excellence qui symbolise avec des traits, des points, des pointillés, des hachures etc. toutes les textures, contours et mouvements possibles.
Cette technique demande au dessinateur une grande faculté de simplification du modèle (il ne faut pas vouloir recopier à l'identique la réalité) et un bon sens du dessin.
La plume ou le stylo tubulaire donneront des traits extrêmement fins et précis, alors que la calame (bambou taillé) offrira un rendu plus flou et spontané, proche de l'esquisse.
Travaillez sur un papier lisse de type Bristol ou grain très fin pour que la plume n'accroche pas.
Observez bien le sens de ce que vous allez rendre à la plume. Sens des poils s'il s'agit d'un animal, type de végétation ou mouvement des herbes pour un paysage.
Le trait de plume doit être « vivant » : tracez vos motifs d'un geste vif et souple, jamais laborieusement. Faute de quoi votre dessin perdrait toute son énergie et deviendrait mou.
Pour les zones foncées, vous densifierez les traits ou les hachures, pour les zones plus claires vous les espacerez en appuyant moins fort. Pour réaliser de grandes zones d'ombre, vous réaliserez une trame de hachures.

Vous pourrez utiliser avantageusement cette technique pour surligner une aquarelle. Ce procédé de graphisme pourra être utilisé également avec des crayons, des feutres, des stylos billes etc...
En situation de carnet de voyage et de croquis sur le motif, il est très agréable de dessiner très librement au feutre fin.

Tutoriel matériel encres
Le dessin à l'encre
Dessin à la plume
La ferme du Père Eloi
Van Gogh, 1890
Dessin à l'encre
Saint-Suliac, D. Priollaud-Stoclet (c)

Suivez la Salamandre sur Tweeter I L'Atelier sur Facebook I RSS I Liens IMentions légales. Accès. ContactI L'Atelier de la Salamandre 43, boulevard Chilpéric 77500 Chelles
06 64 28 14 97
©2008 L'Atelier de la Salamandre
Reproduction des photos interdite sans mon autorisation